Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
Synthèse et propriétés de monocristaux, de poudres, films minces ou hétérostructures

Etudes à l'interface avec la matière biologique

Le réacteur SALD au LMGP est opérationnel!

Publié le 21 mai 2016
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Communiqué du 10 mai 2016 au 16 juin 2016

Le premier réacteur SALD (Spatial Atomic Layer Deposition) en France, est opérationnel au LMGP

SALD.JPG

SALD.JPG

La SALD est une variante de l'ALD dans laquelle les précurseurs sont continuellement envoyés dans différentes emplacements (séparation de précurseurs dans l'espace), ce qui rend inutile l'étape de purge de l'ALD conventionnelle (avec des précurseurs séparés dans le temps). Cette approche se traduit par une vitesse de dépôt beaucoup plus grande que pour l'ALD conventionnelle (jusqu'à deux ordres de magnitude) et une plus grande flexibilité en termes de conception, en particulier compatible avec le processus de production à forte efficience comme la production en ligne ou roll-to-roll. Grâce à ces caractéristiques, la SALD a provoqué un grand intérêt pendant les dernières années, car elle pourrait permettre élargir ce type de dépôt, autant dans le domaine de la recherche que de l'industrie, à des multiples applications comme l'électronique, l'optoélectronique, le textile, le papier, etc.

Le projet SALD est porté par David Muñoz-Rojas.

Vous pouvez consulter les premiers résultats ici.


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Maria Carmen Jimenez Arevalo

mise à jour le 3 janvier 2017

  • Tutelle CNRS
  • Tutelle Grenoble INP
Communauté Université Grenoble Alpes