Aller au menu Aller au contenu
Synthèse et propriétés de monocristaux, de poudres, films minces ou hétérostructures

Etudes à l'interface avec la matière biologique

> LMGP_Présentation > LMGP_Actualites

Soutenance de Thèse de Pauline Serre : Etude des propriétés structurales et électriques de réseaux aléatoires de nanofils de silicium. Application à la détection d’ADN.

Publié le 10 septembre 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Soutenance 24 novembre 2014
Lundi à 10h15 - Amphi M01 - Grenoble INP - Phelma Minatec
LMGP (UMR 5628 CNRS / Grenoble INP)
Grenoble INP Phelma Minatec
3 parvis Louis Néel - 38000 Grenoble

Access : TRAM B - Stop at "Cité internationale"
Free entrance - No registration

Mots-clés : nanonet, nanofils de silicium, percolation, conduction électrique, puce à ADN, détection par fluorescence / Keywords : nanonet, silicon nanowires, percolation, electrical conduction, DNA chip, fluorescence detection

SERRE-P-200.jpg

SERRE-P-200.jpg

Thèse de Pauline Serre

Etude des propriétés structurales et électriques de réseaux aléatoires de nanofils de silicium. Application à la détection d’ADN / Study of the structural and electrical properties of random silicon nanowire networks. Application to DNA detection

Directeurs de thèse : Thierry Baron (LTM- Grenoble) & Céline Ternon (LTM & LMGP)


Résumé (Click here for abstract in english)
Un « Nanonet », acronyme pour « NANOstructured NETwork », est défini comme un réseau de nanostructures unidimensionnelles à fort facteur de forme et aléatoirement orientées sur un substrat. Dans ce travail de thèse, une étude approfondie de nanonets à base de nanofils de silicium est présentée en vue d’une intégration dans des capteurs d’ADN. Une méthode de fabrication simple de ces réseaux a tout été d’abord développée afin d’obtenir des nanonets homogènes et reproductibles. La surface des nanofils a ensuite été fonctionnalisée afin de permettre la détection de l’hybridation de l’ADN par fluorescence. Les capteurs ainsi réalisés présentent une excellente sélectivité et une meilleure limite de sensibilité que des substrats plans. Les propriétés électriques des nanonets de silicium ont également été étudiées ce qui a mené à la description des mécanismes de conduction de ces réseaux. Ainsi, il a été démontré que le comportement électrique de ces structures est dominé par les nombreuses jonctions nanofil-nanofil et suit la théorie de la percolation électrique. De plus, une procédure d’optimisation de ces jonctions a finalement permis de stabiliser les propriétés électriques des nanonets de silicium.
Ces réseaux possèdent donc des propriétés remarquables provenant des constituants individuels, les nanofils, qui présentent une surface spécifique élevée, mais également de leur structure en réseaux aléatoires offrant la possibilité de les manipuler simplement et à bas coût à l’échelle macroscopique. Ces travaux ouvrent la voie à l’intégration des nanonets de silicium dans des capteurs d’ADN reposant sur la détection électrique.

Abstract
A "nanonet", acronym for "NANOstructured NETwork", is defined as a network of one-dimensional nanostructures with high aspect ratio and randomly oriented on a substrate. In this work, a comprehensive study of nanonets based on silicon nanowires is presented for integration into DNA sensors. First, a simple method for the network fabrication has been developed in order to obtain homogeneous and reproducible nanonets. Then, the nanowire surface has been functionalized, so that the DNA hybridization detection is possible by fluorescence. The elaborated sensors exhibit excellent selectivity and a better sensitivity limit than planar substrates. The electrical properties of the silicon nanonets have also been investigated which resulted in the description of the conduction mechanisms of these networks. It has been shown that the electrical behaviour of such structures is ruled by the numerous nanowire-nanowire junctions and follows the electrical percolation theory. Moreover, an optimization procedure of these junctions has allowed stabilizing the electrical properties of silicon nanonets.
Therefore, these networks have attractive characteristics which arise from the individual components, the nanowires with a high specific surface, but also from the structural properties of the network itself which can be simply manipulated, at a low cost, on macroscopic scales. This work paves the way for the integration of silicon nanonets into DNA sensors based on electrical detection.

Jury  members
Prof. L.Pichon, Univ. Rennes 1, Rennes, France (President & rapporteur)
Prof. J.-P. Cloarec, Ecole Centrale de Lyon, Lyon, France (Rapporteur)
Dr. J. Grisolia, INSA, Toulouse, France (Examiner)
Dr. J.-P. Simonato, Liten, CEA, Grenoble, France, (Examiner)
Dr. T. Baron, LTM, CNRS, Grenoble, France, (Thesis Director)
Dr. C. Ternon, LTM & LMGP, Grenoble INP, Grenoble, France, (Thesis Co-director)

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 3 novembre 2014

  • Tutelle CNRS
  • Tutelle Grenoble INP
Univ. Grenoble Alpes